Un « plan Marchal » pour la sauvegarde de la ruralité

logo 600pixel

Le 13 février 2016

Les maires ruraux luttent depuis des années pour faire reconnaitre, la spécifié de la ruralité sur le territoire national mais aussi le travail des élus municipaux et des associations qui sont à la source de l’attractivité des villages de campagne.

Les états généraux de la ruralité tenus à LAON en mars 2015 et à VESOUL en septembre 2015 ont servi à quoi ? Des mesures ont étés annoncées mais rien de visible dans la mise en œuvre. Des vœux 2016 à destination du monde rural Français depuis TULLE pour « embrouiller » l’esprit des ruraux alors que dans le même temps, le « pouvoir parisien » en profite pour accélérer le jeux de massacre des petites communes. Les préfets viennent d’écrire aux maires « ruraux » pour les inviter à accélérer la marche dans la disparition des communes par le canal de la fusion accompagnée d’une éphémère carotte financière à la clef. Il y a des maires qui sont mal à l’aise car d’un coté, le peuple ne veut pas imaginer la mise à mort de sa commune et de l’autre, le maire n’a plus un sou pour équilibrer son budget.

En face d’un désastre rural programmé et pour éviter, tant qu’il est encore temps, l’effondrement de l’attractivité des territoires ruraux, un « plan Marchal » pour la sauvegarde de la ruralité devrait être présenté sous forme d’une loi ruralité à l’image de la loi montagne. Une telle loi montrerait que le monde rural n’est pas abandonné sur l’autel de la centralisation du pouvoir et d’une société qui s’urbanise toujours plus.

Les leviers de dynamisation nous les connaissons :

► Lutter contre le désert numérique par le déploiement du très haut débit fibre optique dans les villages ruraux et chez les particuliers. Demain la société sera numérique et çà touchera tout le monde.

► Lutter contre tous les enclavements en lien directe avec la mobilité

► Lutter contre le « désert scolaire » pour les enfants.

► Lutter contre le « désert santé » pour la population

► Lutter contre le « désert secours » pour les personnes et les biens

► Une DSR qui progresse pour plus de péréquation verticale

► Un fonds de péréquation horizontal de type FPIC mieux compris

► Des services de proximité sur place ou à une distance acceptable (services aux personnes, commerces, artisans, banque, etc.) du lieu de vie.

► Une véritable politique économique (industrie, agriculture, tourisme, etc..) qui joue la carte de l’équilibre « ville – campagne »

► Des territoires ruraux qui ont une identité un peu comme un label de « qualité de vie »

► Etc.

Les régions qui ont la compétence économique doivent servir de relai entre le haut et le bas. Elles doivent définir une véritable politique de développement et d’aménagement du territoire tourné vers l’équilibre « Urbain – Rural ».  Affaire à suivre.

Pierre GENTES

(article lu 765 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Quel avenir pour les communes rurales ?

logo 600pixel

6 février 2016

1) La question de l’avenir des communes rurales est clairement posé. Nous devons, tous ensemble, trouver une solution qui réduit les effets dévastateur de la loi NOTRe. Les maires ruraux n’acceptent pas la mort de la commune et sont en capacité de proposer une organisation locale autour de la commune (si de besoin avec des communes regroupées ) qui assure la proximité pour les services aux populations et préserve l’attractivité de nos territoires : article-eveil-040216

2) Cécile GALLIEN, maire de Vorey et CD, propose un article dans la presse pour la sauvegarde des ZRR : article-journal-leveil-ZRR-200116

A trés bientôt

Pierre GENTES

 

 

 

(article lu 987 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Copyright © All Rights Reserved · Green Hope Theme by Sivan & schiy · Proudly powered by WordPress