Transfert de la compétence PLU (loi ALUR et NOTRe)

4 avril 2017

Le bilan transfert de la compétence PLU (PLUi de la loi ALUR) n’est pas celui que les services de l’état espéraient. En effet, les services de l’état (1) ont fait campagne dés le mois de mai 2016 (mail du 18 mai 2016 avec diffusion d’une brochure sur le PLUi) soit plus de 10 mois avant la date du 27 mars 2017.

L’état a tout fait, pour convaincre les maires de se laisser dépouiller de la compétence urbanisme. On a vu çà au sein de la communauté de communes Mézenc Loire Sauvage par le canal de son président également fonctionnaire à la DDT43/ADS.

Pour équilibrer la communication  de l’état  le président de l’AMR43 a organisé une réunion d’information dans les locaux de la DDT le 7 juin 2016 avec publication d’une note diffusée à tous les maires.

*****************

Aprés la date du 27 mars 2017, la situation est la suivante pour les communautés de communes ou d’agglomération concernées :

 Transfert refusé de la compétence PLU

► Communauté d’agglomération du Puy en Velay : 71 communes et 81669 habitants

► Communauté de communes des Marches du Velay Rochebaron : 14 communes et 29976 habitants

► Communauté de communes des Rives du Haut Allier : 65 communes et 18347 habitants

► Communauté de communes Loire et Semène : 7 communes et 20243 habitants

► Communauté de communes des Sucs : 9 communes et 17406 habitants

► Communauté de communes Auzon communauté : 13 communes et 9336 habitants

► Communauté de communes du Haut Lignon : 6 communes et 8314 habitants

► Communauté de communes du Pays de Montfaucon : 8 communes et 8353 habitants

Transfert automatique de la compétence PLU

► Communauté de communes Mézenc-Loire-Meygal (1) : 22 communes et 11022 habitants

(1) Pourquoi une communauté de communes fait à part des autres alors qu’elle n’est ni plus rurale ni plus urbaine ? Des faits précis expliquent pourquoi, cela viendra.

Une évidence : La perte de la compétence en matière de PLU (ou carte communale) et en matière de document d’urbanisme en tenant lieu va entrainer, de fait, la perte de toute responsabilité de la commune sur l’urbanisme. Certains élus disent que le  maire va se satisfaire de porter sa signature sur un document d’urbanisme (PC, CU, DP, PA)  alors qu’il ne maîtrise plus l’avenir de la construction d’habitations sur sa commune.  Rien n’est moins sûr car la population locale va vite comprendre que le maire n’est plus qu’un  « fonctionnaire » (pour ne pas dire « garde-champêtre ») qui porte sa signature sur un document alors qu’il n’a plus de pourvoir sur la décision en amont. Cela va t-il durer longtemps ?

Une différence : Il y a quelques années, deux communautés de communes avaient pris librement la compétence urbanisme.

► La communauté de communes du Brivadois : 24 communes et 16307 habitants

► La communauté de communes du Pays de Cayres et de Pradelles : 19 communes et 5230 habitants

Pierre GENTES

(article lu 441 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

La ruralité et les candidats à la présidentielle

30 mars 2017

Les associations départementales des maires ruraux ont tenus leur états généreux de la ruralité en 2016 et 2017 partout en France. Ces rencontres ont permis de lister 150 propositions  sur une quinzaine de thèmes différents à l’attention des candidats à l’élection présidentielle de 2017.

L’idée n’est pas d’inviter les candidats à présenter leurs projets pour qu’ils disent ce que nous voulons entendre. L’idée c’est de leur dire ce que nous voulons avec leurs réponses  en retour qui les engagent.

A la date de fin mars 2017, force est de constater que  les candidats montrent leur manque d’intérêt pour la ruralité. Ils ne donne aucun signe de reconnaissance sur ce que le monde rural donne à la France. A l’inverse ils ne donnent pas plus de signe d’ouverture sur ce que le monde rural attend de la France. Tout cela est très inquiétant pour l’avenir de la ruralité.

En tête de nos propositions nous trouvons :

– Une fracture numérique rurale insupportable qui doit conduire l’état à imposer un traitement adapté.

– Un juste équilibre entre villes et les campagnes (depuis plus de 20 ans exit l’aménagement du territoire chez nos gouvernants) reposant sur la présence des services publics et la reconnaissance du potentiel de développement économique des territoires ruraux  pour le pays.

– Une égalité de traitement au regard des dotations.

– Une abrogation de la loi MAPTAM et de la loi NOTRe.

– Supprimer le transfert obligatoire de la compétence  eau et assainissement.

– Mettre le paquet sur la santé.

– Pour une prise en compte des espaces et des territoires dans la constitution.

– Créer un ministère de la ruralité.

– Maintenir la commune comme fondement du creuset républicain.

Etc..

 La population doit savoir ce qui l’attend.

Les maires doivent obliger les candidats à répondre aux attentes de la population. Les candidats ne doivent pas chercher à enfumer l’électeur par des promesses extravagantes et irréalistes mais le respecter. Ils doivent s’engager devant le peuple dans un discours de justice et vérité. C’est tout le sens de la démarche des associations des maires ruraux en direction des candidats. article le progres 290317

Pierre GENTES

Président amr43

(article lu 363 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Copyright © All Rights Reserved · Green Hope Theme by Sivan & schiy · Proudly powered by WordPress