L’outil informatique dans les communes Rurales : un coût et des questions

 

Rencontre du vendredi 18 janvier 2013 au centre de gestion 43

 Présents :

Philippe FARGIER (Responsable informatique au CdG43)

Marc PHILIPPON (Directeur du Centre de Gestion)

M. Rémy LACROUX (Directeur commercial adjoint Berger-Levraut et fondateur de la Société Magnus)

M Pascal LEFRERE (Ingénieur d’affaires logiciels)

Pierre GENTES (Maire de Laussonne)

Michel MIGNOT (Maire de Champagnac le Vieux)

Objet de cette rencontre :

– Une meilleure visibilité sur l’évolution de l’outil informatique dans les communes

– Coût de ces évolutions pour les budgets communaux.

– Etablir un lien de confiance entre les communes rurales et le fournisseur de solutions logicielles en liaison avec le service informatique du centre de gestion des communes de la Haute-Loire.

I – Outil informatique dans les mairies  

Après avoir remercié le centre de gestion  pour son accueil et les responsables de l’entreprise Berger Levrault pour leur présence, Pierre GENTES et Michel MIGNOT expriment le souhait des maires ruraux de la Haute-Loire d’avoir une meilleure visibilité  dans l’évolution de l’outil informatique installé dans les mairies.

 

L’outil informatique (matériel et logiciel) va évoluer dans les mairies pour répondre aux exigences nouvelles de l’administration dans le cadre de la dématérialisation de procédures ou de l’évolution de la réglementation règles (paye, comptabilité, etc..) . Cette évolution doit être mieux comprise des maires pour éviter une impression d’emballement et faire des erreurs dans les choix d’investissement donc des coûts.  Les budgets des communes rurales sont très tendus car les dotations de l’état sont orientées à la baisse. Les maires sont donc contraints à dépenser au meilleur prix. Cette rencontre doit également permettre d’avoir une vision plus de l’outil informatique sur l’avenir.

 

A titre indicatif, à la date d’aujourd’hui, le coût de l’informatique pour une commune de 1000 habitants en moyenne annuelle est compris entre 2000 € et 3000 €.

La répartition, est la suivante :

– Contrats de maintenance Berger Levrault pour la mairie est de l’ordre de 1400 € annuel auquel s’ajoute le contrat de maintenance avec le Centre de gestion qui est l’ordre de 650 €.

– Ajouter le coût des interventions de techniciens pour le matériel micro et divers contrats d’intervention un montant d’environ 800 € annuel.

– Au final c’est un budget de l’ordre de 3000 € annuel pour une commune de 1000 habitants.

 

II – l’évolution de l’outil informatique dans les mairies
► Le centre de gestion effectue un travail important de gestion et de pilotage de l’outil informatique des communes dans une position intermédiaire entre les mairies et l’industriel. Il occupe à la foi un rôle tampon et technique indispensable car la problématique informatique est très complexe. Il faut réaliser un bon compromis entre d’un coté,  les évolutions technologiques du matériel, de l’autre,  les exigences de l’administration des finances et celle du travail (pour ne citer qu’elles) et enfin la situation dans les mairies dont il faut faire évoluer l’outil directement utilisé par les secrétariats de mairie.

Le centre de gestion est un intermédiaire référent  technique indispensable sur lequel s’appuie les mairies.

 

► Les représentants de  Berger Levrault présentent leur entreprise dont l’activité est exclusivement orientée vers les collectivités territoriales. C’est une entreprise qui regroupe un millier d’emplois et qui détient une partie importante du marché en France.

 

Berger Levrault met à disposition des collectivités la gamme de produits Magnus depuis 28 ans.

– Les premiers produits étaient exploités sous DOS, ensuite Windows (depuis 1991)  avec Wmagnus et aujourd’hui c’est l’arrivée de e.magnus toujours sous une configuration windows.

– L’outil Internet est aujourd’hui présent dans toutes les mairies et l’administration impose d’aller vers la dématérialisation et de réaliser de plus en plus d’opération par Internet et par  e.mail.  La dématérialisation est déjà opérationnelle pour les marchés publics et cela commence avec les actes administratifs.

– Le groupe ‘Berger-Levraut’ a développé, en remplacement du logiciel Wmagnus, une nouvelle gamme appelée « e.magnus » qui intègre déjà la plupart de ces nouvelles procédures

 

L’objectif est d’assurer aux communes une continuité de service avec des progiciels adaptés à de nouvelles contraintes.

– Beaucoup de produits fonctionnent  aujourd’hui avec des micro 32 bits. Toute la technologie matériel est produite en configuration 64 bits, les logiciels doivent donc s’adapter ce qui est le cas avec « e.magnus ».

– Berger Levrault  présente son produit « pack essentiel » (outil de migration vers « e.magnus ») qui est semble adapté et souple pour réaliser cette migration dans le contexte actuel.  Son prix est de l’ordre de 1500 €. Par ailleurs Berger Levrault s’appuie sur un club d’élus (Club Magel) pour mieux s’adapter au besoin des élus.

 

III – Conclusion.

Le but recherché par l’AMR43 dans ce dossier est de créer un climat de confiance chez les maires à l’égard de leur fournisseur de prestation informatique. On peut dire qu’il est atteint.

(article lu 2272 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

La réforme des rythmes scolaires : comment on fait ? comment on paye ?

 

L’association des maires ruraux de la Haute-Loire a été reçue par la direction académique, il y a quelques jours afin de permettre une meilleure compréhension des problématiques autour de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. Sur le principe de la réforme qui est celui d’améliorer le rythme de l’enfant, les associations d’élus, dont l’AMRF, sont favorables à l’idée de cette réforme. Les maires ont assimilé le périmètre qui est du ressort du « temps scolaire » ce qui est du ressort du « temps éducatif » et ce qui est du « temps péri scolaire » qui lui n’est pas modifié. Ils n’ont pas mis de temps pour prendre conscience des difficultés dans la mise en œuvre du « temps éducatif » pour les collectivités. Pour faire simple, comment font les maires pour occuper les enfants pendant 4 heures par semaine soit 1 heure le lundi, le mardi, le jeudi et le vendredi ?

Première difficulté : qui peut assurer et avec quelles compétences le « temps éducatif » ? Les regards se tournent vers : des bénévoles – des enseignants –  des agents de la bibliothèque – des personnels des centres de loisirs – du personnel municipal, des parents – etc. Construire un vivier de personnes pour faire ce travail ne sera pas simple. Deuxième difficulté : quelles activités et quelles structures  pour assurer les séances de « temps éducatif » ? Les regards se tournent vers: la musique – le théâtre – le sport – le dessin – les visites – la bibliothèque – etc… Les activités sont directement liées aux structures d’accueil des enfants qui pourraient être : un gymnase, une piscine, un théâtre, un musée, des locaux adaptés, etc. Comment on fait quand il n’y a pas de telles structures à coté de l’école ? Le maire va construire un « projet de temps éducatif » dans sa commune ensuite va proposer ce projet à la direction académique qui le validera ou pas.

Dans les semaines qui viennent l’inspecteur de l’éducation nationale de secteur rencontrera les maires pour recenser les moyens possibles dans les communes, au cas par cas.

Mercredi ou samedi ? c’est le mercredi qui semble le plus indiqué et il est de droit. La directrice d’académie des services de l’éducation nationale prend la décision.

La loi prévoit une mise en application pour la rentrée de septembre 2013. Toutefois, à titre dérogatoire, la réforme pourra se mettre en place pour la rentrée de septembre 2014 si le conseil municipal délibère avant le 31 mars 2013 pour demander le report.

L’aide financière proposée est de 50 € par enfant inscrit et par an pour les communes pour la seule année 2013. L’aide de 45 € ne concerne que les communes DSR « cible » qui sont très peu nombreuses à abriter une école primaire.

le cout prévisionnel de mise en œuvre du « temps éducatif » (sans le ramassage scolaire) pour une commune qui accueille une centaine d’enfants devrait être de l’ordre de 25000 € annuel soit environ 250 € par enfant. C’est une charge nouvelle pour les communes rurales de l’ordre d’au moins 25 € par habitant et par an. C’est pourquoi de nombreuses communes rurales devraient être contrainte de passer par la case « augmentation des impôts » pour mettre en place cette réforme qui ne doit pas être le début d’un désengagement de l’état dans l’une de ses missions régaliennes.

Dans ce contexte , l’ARM43 ne peut que constater qu’en raison des difficultés pour trouver les personnes adéquates et les structures pour effectuer le travail du « temps éducatif » il lui semble très difficile d’appliquer la réforme à la date du 1 septembre 2013. L’AMR43 s’élève contre le coût que la réforme des rythmes scolaires qui n’a pas été anticipé et qui encore une fois creuse l’écart entre la ville et les communes rurales dont les finances seront encore plus fragiles. L’AMR43 recommande à ses adhérents de prendre le temps nécessaire pour mettre en place cette réforme.

Pierre GENTES

Président AMR43

(article lu 3824 fois)

Articles en relation :

Réunion de bureau du 22 décembre à Salettes

logo 600pixel

1) Envoi des demandes d’adhésions aux 260 communes de Haute-Loire (première quinzaine de janvier 2013). Un publipostage est en cours de réalisation pour éditer les étiquettes avec les adresses postales des mairies. Les enveloppes contenants les bulletins d’adhésion 2013 et une petite note de synthèse pour inviter les maires à présenter des attentes si de besoin seront envoyés par Pierre et quelques collègues de Laussonne.
2)  Programme de rencontre avec les partenaires
2-1) Les rythmes scolaires : rencontre de l’AMR43 avec l’inspecteur d’académie. La réforme sera mise en place pour la rentrée 2013 ou la rentrée de septembre 2014. Une aide est prévue pour les communes qui appliquent la réforme dès septembre 2013. Le bureau AMR43 confirme l’envoi d’un courrier à Mme l’Inspecteur d’académie pour lui demander d’inviter l’AMR43 à une réunion d’information portant sur cette réforme dans le but de pouvoir relayer cette information auprès des autres communes (pas seulement les communes adhérentes) et mettre en place une réunion d’information sur le sujet le plus tôt possible (premier trimestre 2013 sur le sujet). L’information recueillie sera ensuite transmise vers les communes adhérentes de l’AMR43 et une réunion sera programmée au premier trimestre 2013 sur le sujet.

2-2) L’avenir de la Poste en milieu rural et des bureaux de poste. Rencontre  avec le directeur départemental de la Poste. Le schéma directeur prévisionnel de l’organisation postale sur le département 43 – la CDP (commission départementale postale)  – Autres sujets

2-3) Rencontre avec la Préfecture. Il y a déjà eu une première information avec M le Secrétaire général de la Préfecture.

2-4) Rencontre avec le Président du conseil général. A la fois pour lui présenter l’AMR43 mais aussi d’aborder différents sujets : aide financière à l’AMR43, aides du conseil général et de l’agence de l’eau pour les travaux d’assainissement Collectif. Quid des assainissements semi collectifs et individuels.

2-5) L’informatique dans nos communes rurales

► Le groupe ‘Berger-Levraut’ a développé, en remplacement du logiciel Wmagnus, une nouvelle gamme appelée « e.magnus ». L’objectif serait d’assurer aux communes une continuité de service avec des progiciels adaptés à de nouvelles contraintes. Le centre de gestion 43 déploie ces nouveaux logiciels. Une centaine de collectivités ont débuté cette migration .

► La gamme Wmagnus actuellement utilisé poserait des problèmes d’installation sur les nouveaux systèmes d’exploitation Windows. La nouvelle gamme « e.magnus » ne supporte que l’environnement 64 bits. Le centre de gestion ne garantit pas qu’en cas de renouvellement matériel, le fournisseur soit en mesure de fournir un système compatible avec les logiciels Wmagnus.

►Diverses échéances, notamment liées à la dématérialisation des procédures vont entrainer d’importantes  mises à jour des logiciels. La gamme « e.magnus » intègre déjà la plupart de ces nouvelles procédures. La gamme Wmagnus ne sera pas éternellement maintenue par Berger-Levraut.

L’association sollicite une rencontre avec un responsable du centre de gestion afin d’avoir des explications sur ces changements imposés.

2-6) Les aides autour de l’assainissement individuel, semi individuel ou collectif (cas du SEV).  Aujourd’hui l’aide cumulée du conseil général et de l’agence de l’eau  pour un projet d’assainissement collectif (réseau ou STEP) est de l’ordre de 30%. Dans le même temps, les particuliers payent sur les factures pour l’agence de l’eau : 0,15 € / m3 pour l’eau potable et 0,038 € / m3 pour l’assainissement collectif.

3)  Création d’un blog et communication à mettre en place
OK pour la création d’un blog mais il faut le faire vivre. OK pour la création d’une boite email supplémentaire pour l’AMR43 sur la liaison Internet de la mairie de Laussonne

sujet de presse la montagne 070113

sujet de presse la montagne 070113

Article de presse ,publié dans le journal l’éveil du 28 décembre 2012

eveil-28122012 001

 

(article lu 1152 fois)

Articles en relation :

Assemblée Générale Constitutive de l’AMR43

logo 600pixel

Cette assemblée générale constitutive s’est tenue à RETOURNAC le 27 octobre 2012.

Les statuts de l’association ont été approuvés et un bureau est constitué.

Assemblée générale constitutive du 27 octobre 2012 à Retournac

Assemblée générale constitutive du 27 octobre 2012 à Retournac

(article lu 1055 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Copyright © All Rights Reserved · Green Hope Theme by Sivan & schiy · Proudly powered by WordPress