ASSEMBLEE GENERALE de L’AMRF à LYON les 10 et 11 mars 2018.

le 12 mars 2018

Assemblée générale 2018 des Maires Ruraux de France (AMRF) les 10 et 11 mars 2018 à LYON.

Cette rencontre a réuni 150 maires venus de toute la France dans le locaux de GROUPAMA dans le quartier de VAISE à) LYON. Les maires ont travaillé sur les sujets d’actualité en lien avec la ruralité , les communes et l’avenir des territoires ruraux. La place de la commune dans l’intercommunalité a été au cœur des débats de cette rencontre nationale des maires ruraux de France. 

Le président de l’AMRF Vanik Berberian pose le débat avec ses termes : « Aujourd’hui plus que jamais, deux conceptions de l’intercommunalité s’affrontent clairement. Celle qui y voit, à partir d’une réflexion partagée sur l’avenir, le vecteur d’une coopération solidaire, l’outil dans lequel la commune porte la pertinence de la proximité et la légitimité démocratique. Et l’autre, désincarnée, illustration d’une vision technocratique déformée, qui y voit ce qui à terme , devrait supplanter la commune. Les Maires Ruraux sont viscéralement, obstinément, lucidement, attachés à la première« .

 Les maires ruraux font des propositions en 10 points :

1) Réaffirmer le principe de la liberté municipale et la place de l’intercommunalité comme outil au service des communes.

2) Réserver désormais à la seule décision des élus concernés les modifications de la carte intercommunale

3) Assurer une représentation équilibrée des territoires notamment ruraux au sein des conseils communautaires

4) Contester l’application stricte du conseil constitutionnel de « représentation essentiellement démographique » aux Conseils des communautés, qui ne sont pas des collectivités territoriales. Cela permettra de réécrire les règles de calcul et de répartition des délégués communautaires.

5) Faire de la mise en place d’un « conseil des maires » (ensemble des maires de l’intercommunalité) une obligation légale dans chaque EPCI à fiscalité propre.

6) Améliorer la transparence de l’action communautaire et l’information sur celle-ci aux communes membres.

7) Réaffirmer la place des syndicats intercommunaux dans le paysage intercommunal.

8) A défaut de la réalisation du point n°2, revoir la composition de la CDCI (Commission Départementale de la Coopération Intercommunale) afin d’y assurer une plus grande représentation des maires et élus municipaux.

9) Abroger le transfert obligatoire des compétences « eau » et « assainissement » aux EPCI à fiscalité propre pour laisser les communes libres de leur choix.

10) Faire une enquête sérieuse sur le bilan de la loi NOTRe et de la loi MAPTAM en termes d’économies réalisées, d’impact sur le lien citoyen-élus ou encore de qualité de service public.

Les maires ruraux de France adoptent un rapport d’orientation 2018 qui place, le maire, l’habitant et la commune, au cœur des actions menées à deux ans des renouvellements des conseils municipaux. C’est le sens des motions adoptées le 11 mars 2018 à LYON.

Pierre GENTES

 

Christophe BEDROSSIAN (secrétaire de l’AMR43) et Pierre GENTES (Président de l’AMR43)

(article lu 44 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Un questionnaire pour « photographier » les principales préoccupations des maires

Chère et cher collègue

Notre devise « des maires au service des maires » s’inscrit totalement dans l’idée que nous avons eue de rédiger, à plusieurs ( une douzaine d’élus), un questionnaire à l’attention des maires et/ou adjoints du département de la Haute-Loire.
Ce questionnaire, tout à fait neutre, a pour but de traduire simplement les attentes et les inquiétudes des élus de terrain. Les réformes territoriales successives imposées compliquent toujours plus le quotidien de l’élu local en contact avec ses concitoyens.
les réponses que nous aurons en retour nous permettront de tirer  « une photo » des préoccupations principales des élus au regard des évènements en cours. Un groupe de travail, constitué d’une dizaine d’élus, travaillera pour établir une synthèse  de tous les retours.

Voici ce questionnaire : Questionnaire 2018 portant sur les problématiques que les élus rencontrent sur le terrain 100218-VD
Cette note de synthèse listera des points d’amélioration en faveur de la commune et de la ruralité.  Elle fera l’objet d’une restitution en direction des maires et adjoints.
Une copie sera remise à l’AMRF.
Je vous remercie par avance de vos réponses
Bien à vous
Pierre GENTES

(article lu 23 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Le PLU fait débat (conseil municipal du Puy en Velay février 2018)

12 février 2018

Lors d’un conseil municipal du Puy en Velay, que ce soit à droite comme à gauche, le débat tourne le dos à l’idée d’aller vers des territoires plus équilibrés, mais pour des raisons différentes.

C’est un peu comme si dans un rapport de force, il y a d’un coté, la commune du  Puy en Velay et de l’autre les communes qui constituent le reste du territoire du Pays du Velay soit la bagatelle de 90 communes environ. Sous les ores de la mairie du Puy en Velay on se place au dessus de la mêlée, sauf que les arguments présentés par les uns et les autres sont au ras des pâquerettes.

A la lecture des échanges reportés par le journal l’Eveil du 10 février 2018 on va découvrir que la gauche fustige le SCOT pourtant construit par les représentants (j’en étais) de l’ensemble des communautés de communes et donc des communes qui composent le périmètre d’étude. Dire que le SCOT du pays du Velay  « n’est pas assez contraignant » est contraire à l’intérêt de ce territoire. Les vieux serpents de mer de l’opposition « ponote » ressortent. Alors un peu de respect pour les élus qui ont travaillé sur le SCOT du pays du Velay. Il est, certes, en cours de finalisation, mais il a  fait l’objet d’un large débat et je dois dire qu’il a été de qualité sur l’ensemble des trois phases de l’étude (Diagnostic, PADD et DCO). Cette même opposition ajoute « la ville a beaucoup souffert de sa position centrale et des charges de centralité, ça ne sert à rien d’entrer dans une compétition avec les communes voisines … ». Entendre de tels propos est choquant alors que chacun sait que la force du Puy en Velay c’est la force de sa ruralité environnante. Depuis des lustres, les gens qui habitent à la campagne environnante se déplacent au Puy en Velay pour vendre des produits locaux, consommer et acheter, au bénéfice de qui, je vous le demande!!!!. Alors les « charges de centralité » qui font marcher le commerce, les services et les affaires, ont bon dos.

En regardant de l’autre coté, celui de la majorité, il y a de quoi aussi se poser des questions quand on entend,  « il faut entrer en contact avec les autres communes qui construisent à tout va sans posséder d’équipements en rapport » ou encore « si nous ne construisons pas nos logements, les autres communes ne se priveront pas ».

Voila un débat de l’ancien temps, Mesdames et Messieurs les élus municipaux du Puy en Velay avez vous oublié que les lois successives sur les réformes territoriales et d’urbanisme, votées entre 2010 et 2017, ont toutes été très favorables à la ville. Alors de quoi vous plaignez-vous ?

Pierre GENTES

(article lu 29 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Lancement des « rencontres de l’AMR43 »

logo 600pixel

9 avril 2016

L’association départementale des maires ruraux lance « les rencontres de  l’AMR43 » vendredi 8 avril 2016 à 9h30 au centre culturel de Vals prés le Puy.

L’une des missions de l’AMR43, selon sa devise « des maires au service des maires », est de faciliter le débat entre les maires et les élus municipaux sur des questions d’actualité qui les concernent et qui ont un impact fort sur l’avenir de nos territoires ruraux.

L’association lance vendredi 8 avril 2016 « les rencontres de l’AMR43 » .

Il n’a échappé à personne que la mise en place de la réforme de l’organisation territoriale modifie les périmètres de l’intercommunalité et de ce fait, modifie la relation à la commune dans ce nouveau paysage. Dans le même temps, il n’a également échappé à personne, que la Région est confirmée en tant que chef de file en charge du schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET).

C’est dans ce contexte que le sujet à thème de cette première rencontre porte sur la question « comment réaliser l’équilibre urbain / rural dans le futur SRADDET ».

Dans le cadre d’un partenariat conclu entre l’Association des Maires Ruraux de Haute-Loire et ERDF, que Pierre GENTES, Président de l’AMR 43 et Denis CADON, Directeur Territorial ERDF Haute-Loire, se sont engagés à travailler ensemble et à renforcer leurs échanges sur les thématiques ayant trait à la distribution d’électricité.

Cette première réunion s’est tenue vendredi 8 avril 2016 à 9h30 au Centre Culturel de Vals-près-Le Puy. Les maires ou leurs représentants adjoints ou conseillers étaient invités.

Au programme de cette réunion.

– 9h30 : Intervention ERDF (Denis CADON) et échanges avec la salle

– 10h45 : Débat sur le sujet « comment réaliser l’équilibre entre urbain et rural dans le futur schéma régional d’aménagement des territoires » animé par Pierre GENTES.

– 12h30 : Apéritif – dinatoire pris sur place.

Nota : Dominique BIDET, Vice-président AMRF, Président AMR03 et maire de Bellenave (Allier) et de Jean-Pierre SOULIER, président AMR15 et maire de Le Vigean (Cantal) étaient excusés.

Article de presse en cliquant sur le lien : article-journal-eveil-080416

Relevé de notes en cliquant sur le lien :rencontres-amr43-080416

– 14h00 : Conférence de presse animée par Bernard DELIANCE (FRTP43) et Pierre GENTES (AMR43) pour présenter le GUIDE D’AIDES POUR LE FINANCEMENT DES PROJETS DES COLLECTIVITÉS LOCALES.
Ce guide a été réalisé par FÉDÉRATION DES TRAVAUX PUBLICS d’AUVERGNE, en partenariat avec les associations départementales des maires ruraux d’Auvergne. Il sera distribué aux élus lors de cette conférence de presse.

Pierre GENTES

Président AMR43

Maire de Laussonne

 

(article lu 660 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Des maires ruraux perdus sous le feu du découpage intercommunal en cours

logo 600pixelLe 4 octobre 2015

Des maires ruraux déboussolés

Le débat autour du découpage de la nouvelle intercommunalité issue de la réforme propulse de nombreux maires vers l’inconnu. Ils sont nombreux à ne plus savoir ce qu’il faut faire, ce qu’il faut décider. Une telle situation ne doit pas s’éterniser. Les maires doivent rapidement revenir sur leur commune, sur leur territoire, car c’est là que leurs concitoyens les attendent. Lors d’une réunion du 1er octobre dernier, le débat entre plusieurs maires autour de ce sujet ne se déroule pas dans un climat de réflexion serein. De nombreux maires montrent une certaine lassitude après autant de secousses. Le même maire peut dire une chose et son contraire en même temps. C’est le cas d’un maire qui dit souhaiter que sa communauté ne change pas, mais qui en même temps dit qu’il préférerait se tourner vers le Brignon qui est une commune voisine. Tel autre maire dit la même chose mais souhaite se tourner vers le Chambon-sur-Lignon. D’autres exemples similaires disent préférer le bassin du Puy en Velay pendant que d’autres souhaitent se marier avec des communes d’Ardèche.

Une telle réflexion n’est pas axée, sur l’intérêt général du territoire, sur l’avenir de nos villages ruraux et de la vie locale. Il est temps de se concentrer le bassin de vie, creuset de développement économique et générateur de services aux populations avec une proximité acceptable. Le débat ne cherche pas à répondre à la question : comment préserver nos villages ruraux en y maintenant de la vie ? On assiste à une perte de repères au point qu’on peut se demander si certains maires trouveront suffisamment de ressources pour rebondir.

Les élus ne doivent pas se laisser embarquer vers une réflexion uniquement orientée vers le seul découpage. La fusion n’est pas au centre des enjeux de la ruralité et de son avenir. Rechercher le meilleur parti (mariage fortuné)  n’est pas la bonne idée et s’il y en avait un, tout le monde le saurait.  Le découpage intercommunal qui sortira de la concertation ne sera, la solution « miracle », pour personne. Il n’y aura fort heureusement pas de gagnant et pas de perdant.

La ruralité détient des atouts puissants

On observe depuis vingt ans que la société urbaine s’impose dans la société Française. C’est une raison de plus pour lutter afin d’imposer ce qui est essentiel avec la recherche d’un équilibre entre les territoires urbains et les territoires ruraux.

La ruralité c’est 22 millions d’habitants, ce qui représente un potentiel de développement économique très important et une capacité d’accueil de population immense. Les atouts de la ruralité ce sont les villages, les bourg-centres, les espaces paysagers exceptionnels, son patrimoine, son histoire, etc.. Non, la ruralité ne sera pas le territoire du vide et du vert et ne le sera jamais.

La ruralité est moderne car elle est humaine et que plus on s’éloigne de la personne plus on devient archaïque. Défendre le modèle rural c’est défendre la modernité et l’innovation car le monde rural porte ces valeurs. Dire cela c’est s’opposer à celles et ceux qui voient dans la population provinciale des ringards.

S’opposer à toujours plus de concentration, c’est faire en sorte que ce ne soit pas les procédures ou les systèmes qui arbitrent à la place des gens. Il se trouve un moment où la structure écrase la dimension humaine. Il ne faut pas être surpris si dans de telles conditions des solutions proposées ne sont acceptées par personne.

Les maires doivent se ressaisir, rebondir et s’engager dans leur commune résolument, pour porter de l’espoir et se faisant, faire avancer nos territoires ruraux dans la nouvelle intercommunalité.

Pierre GENTES

Président AMR43

Maire de Laussonne

 

(article lu 667 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Copyright © All Rights Reserved · Green Hope Theme by Sivan & schiy · Proudly powered by WordPress