Réunion de bureau de l’AMR43 à MONLET

logo 600pixel26 octobre 2015

Le bureau de l’AMR43 s’est réuni à la mairie de MONLET samedi 24 octobre 2015 à 9h30.

Cette réunion avait pour but de faire le point de situation à l’automne 2015 et de préparer l’année 2016.

Nos échanges ont porté sur la stratégie de développement de l’AMR43, sur des questions d’actualité, sur les échanges avec nos partenaires, sur le montant de l’adhésion à l’AMR43 pour l’année 2016, sur la réforme de l’intercommunalité.

Pour aller sur le relevè de notes, cliquer sur le lien suivant : CR-bureau-amr43-monlet-241015-VD

Pierre GENTES

(article lu 669 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Résultat du vote des maires pour la constitution de la commission de conciliation en urbanisme.

logo 600pixelLe 20 octobre 2015

Le résultat du vote suite à la consultation des maires de la Haute-Loire pour la constitution de la commission de conciliation en matière d’urbanisme est le suivant :

Il y avait deux listes en présence : AMF43 et AMR43.
Le dépouillement des enveloppes s’est tenu en Préfecture le 20 octobre 2015 à 14h00. en présence de Pierre GENTES (représente l’AMR43) et de Pierre ROBERT (représente l’AMF43).

Nombre d’électeurs inscrits (communes + 2 communautés ayant la compétence Urbanisme) : 248
Nombre d’enveloppes recensées : 177
Nombre d’enveloppes non identifiées (donc non comptées): 33
Total de suffrage nuls : 41 dont les 33 non comptés
Suffrages exprimés : 136
AMR43 : 58 voix (42,6 %), ce qui donne 2 sièges.
AMF43 : 78 voix (57,4 %), ce qui donne 4 sièges.
L’AMR43 manque un siège de quelques voix, en effet :
Nombre de sièges attribués au quotient : 2 à l’AMR43 et 3 à l’AMF43
Le 6éme siège est attribué à la plus forte moyenne soit : 78/4 = 19,5 (AMF43) et 58/3 = 19,3 (AMR43)
Sont élus à cette commission :
Pierre GENTES (suppléante : Christine BANASSAT)
Pierre ASTOR (suppléant : Pierre COUPELON)
Bernard GALLOT (suppléant : Louis SIMONET)
Jean-Pierre BROSSIER (suppléant : Jacques VOLLE)
Maurice ROCHE (suppléant : Joseph TORRENT)
Claude VIAL (suppléante : Christine THIVAT)

Ce résultat confirme la forte progression de l’AMR43.
Je rappelle que nous avions fait 31 % de voix pour le CA du SDIS en 2014.

Pierre GENTES

Président AMR43

(article lu 791 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Des maires ruraux en position éligible dans les listes des élections régionales de décembre 2015.

logo 600pixel

Par lettre du 22 septembre 2015, j’ai invité les têtes de liste du département de la Haute-Loire à l’élection régionale de 2015 à mettre en position éligible un (ou plus) maire rural.

Cette lettre a été transmise aux têtes de listes suivantes (il n’y a pas d’ordre) :

– Laurent WAUQUIEZ (LR + UDI + MODEM)

– André CHAPAVEIRE (PS)

– Celline GACON (EELV)

– Roxane Maria RAÏA (FN)

La tête de liste Yves PRAT (FDG + PCF + MRC) n’était pas connue à la date du 22 septembre 2015.

Retour à mon courrier :

Seule la liste de Laurent WAUQUIEZ apporte une réponse positive en présentant un maire rural en 3ème position (sera confirmé).

situation au 20 octobre 2015.

Pierre GENTES

(article lu 702 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Convention « AMF43 – Rectorat » 2015-2017 : Etait-elle nécessaire et sera t-elle utile ?

logo 600pixel

le 20 octobre 2015

La première question qui vient à l’esprit est de s’interroger sur la nécessité d’une telle convention. En effet, les maires ruraux et les élus ruraux sont capables de construire un dialogue, de comprendre l’intérêt de leur commune et du territoire, d’imaginer l’avenir de l’école rurale. Alors pourquoi une telle convention ?

Cette convention installe un processus qui progressivement enlève au maire rural la capacité de travailler à l’optimisation du maillage des écoles primaires pour garantir la proximité d’un service vital pour les familles et les enfants dans les communes. Le maire sera invité à accepter un « diagnostic partager », en revanche la structure l’invitera à partager aussi le conflit avec les parents d’élève et la population. Le maire sera en première ligne quand viendra la fermeture d’une classe ou d’une école (les écoles de moins de 3 classes sont dans le collimateur).

Les maires ruraux affirment que l’école rurale ne doit pas être la variable d’ajustement de la carte scolaire.

Un bilan « organisation de l’école rurale » dans le département devra se faire au terme des 3 ans. L’attractivité de nos territoires aura t-elle était préservée ?

Vous trouverez un communiqué de l’AMR43 qui vise à compléter l’information de la population et des élus municipaux sur le lien suivant : communiqué de presse AMR43-151015

Pierre GENTES

Président AMR43

(article lu 512 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Des maires ruraux perdus sous le feu du découpage intercommunal en cours

logo 600pixelLe 4 octobre 2015

Des maires ruraux déboussolés

Le débat autour du découpage de la nouvelle intercommunalité issue de la réforme propulse de nombreux maires vers l’inconnu. Ils sont nombreux à ne plus savoir ce qu’il faut faire, ce qu’il faut décider. Une telle situation ne doit pas s’éterniser. Les maires doivent rapidement revenir sur leur commune, sur leur territoire, car c’est là que leurs concitoyens les attendent. Lors d’une réunion du 1er octobre dernier, le débat entre plusieurs maires autour de ce sujet ne se déroule pas dans un climat de réflexion serein. De nombreux maires montrent une certaine lassitude après autant de secousses. Le même maire peut dire une chose et son contraire en même temps. C’est le cas d’un maire qui dit souhaiter que sa communauté ne change pas, mais qui en même temps dit qu’il préférerait se tourner vers le Brignon qui est une commune voisine. Tel autre maire dit la même chose mais souhaite se tourner vers le Chambon-sur-Lignon. D’autres exemples similaires disent préférer le bassin du Puy en Velay pendant que d’autres souhaitent se marier avec des communes d’Ardèche.

Une telle réflexion n’est pas axée, sur l’intérêt général du territoire, sur l’avenir de nos villages ruraux et de la vie locale. Il est temps de se concentrer le bassin de vie, creuset de développement économique et générateur de services aux populations avec une proximité acceptable. Le débat ne cherche pas à répondre à la question : comment préserver nos villages ruraux en y maintenant de la vie ? On assiste à une perte de repères au point qu’on peut se demander si certains maires trouveront suffisamment de ressources pour rebondir.

Les élus ne doivent pas se laisser embarquer vers une réflexion uniquement orientée vers le seul découpage. La fusion n’est pas au centre des enjeux de la ruralité et de son avenir. Rechercher le meilleur parti (mariage fortuné)  n’est pas la bonne idée et s’il y en avait un, tout le monde le saurait.  Le découpage intercommunal qui sortira de la concertation ne sera, la solution « miracle », pour personne. Il n’y aura fort heureusement pas de gagnant et pas de perdant.

La ruralité détient des atouts puissants

On observe depuis vingt ans que la société urbaine s’impose dans la société Française. C’est une raison de plus pour lutter afin d’imposer ce qui est essentiel avec la recherche d’un équilibre entre les territoires urbains et les territoires ruraux.

La ruralité c’est 22 millions d’habitants, ce qui représente un potentiel de développement économique très important et une capacité d’accueil de population immense. Les atouts de la ruralité ce sont les villages, les bourg-centres, les espaces paysagers exceptionnels, son patrimoine, son histoire, etc.. Non, la ruralité ne sera pas le territoire du vide et du vert et ne le sera jamais.

La ruralité est moderne car elle est humaine et que plus on s’éloigne de la personne plus on devient archaïque. Défendre le modèle rural c’est défendre la modernité et l’innovation car le monde rural porte ces valeurs. Dire cela c’est s’opposer à celles et ceux qui voient dans la population provinciale des ringards.

S’opposer à toujours plus de concentration, c’est faire en sorte que ce ne soit pas les procédures ou les systèmes qui arbitrent à la place des gens. Il se trouve un moment où la structure écrase la dimension humaine. Il ne faut pas être surpris si dans de telles conditions des solutions proposées ne sont acceptées par personne.

Les maires doivent se ressaisir, rebondir et s’engager dans leur commune résolument, pour porter de l’espoir et se faisant, faire avancer nos territoires ruraux dans la nouvelle intercommunalité.

Pierre GENTES

Président AMR43

Maire de Laussonne

 

(article lu 667 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Copyright © All Rights Reserved · Green Hope Theme by Sivan & schiy · Proudly powered by WordPress