Invitation Assemblée générale 2019 de l’AMR43

Madame, Monsieur,

J’ai le plaisir de vous inviter à l’assemblée générale des maires ruraux de la Haute-Loire qui se tiendra au Centre Socio Culturel (à coté de la mairie) de La SEAUVE SUR SEMENE, vendredi 8 novembre 2019 à 17h30.

L’ordre du jour est le suivant :

17h30 à 18h00 : accueil & café
18h00 à 18h30 : Assemblée Générale 2019.
– Accueil par Bruno MARCON (maire de la Séauve sur Semène)
– Ouverture de l’assemblée générale : Pierre GENTES (maire de Laussonne)
– Présentation et approbation du bilan d’activités 2018 : Christophe BEDROSSIAN (Maire d’Autrac)
– Présentation et approbation des comptes 2018 (bilan fin 2018) : Francis DELMAS (Maire de Salettes)
18h30 à 19h00 : Projet de loi « engagement et proximité » par Pierre GENTES
19h00 à 19h30 : Agenda Rural par Cécile GALLIEN
19h30 à 20h00 : Intervention AMRF  et des personnalités présentes.
20h00 : Fin de réunion et apéritif dinatoire

Pierre GENTES
Président

(article lu 6 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Congrés national 2019 des maires ruraux à Eppe-Sauvage dans le nord de la France

le 2 octobre 2019

Photo de groupes des maires en présence de Jacqueline Gourault Ministre de la cohésion des territoires et des collectivités locales.

Photo avec Olivier Dussopt Secrétaire d’Etat auprès de Gérald Darmanin ministre du budget. Présentation et échanges sur le PLF 2020 et sur les compensations de l’état suite à la suppression de TH (total à compter de 2020).

Pierre GENTES

(article lu 9 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

La réunion de rentrée de l’AMR43 du 13 septembre 2019 à Saint Pal de Sénouire.

13 septembre 2019

La réunion de rentrée de l’AMR43 du 13 septembre 2019 s’est déroulée à Saint Pal de Sénouire.
Un large échange autour d’un bon groupe de 18 participants sur l’idée que la ruralité (comme la commune) est utile. A l’image de la commune qui réunit un territoire, des habitants, un mode de vie, une identité, des espaces, des aménités, de l’activité économique, etc..la ruralité joue un rôle central pour le pays.
Les maires ruraux disent qu’il y a de la place pour la France des bourgs et des villages. Ils disent aussi qu’il ne faut pas voir la ruralité comme un cout ou une charges mais comme un investissement d’avenir pour le pays. Etc…..
Le groupe a ensuite passé en revue les points du projet de loi « engagement et Proximité » en présence du Sénateur Laurent Duplomb qui avait des informations récentes depuis le Sénat sur ce dossier.
Un échange également sur de ce qui sortira du dossier « Agenda Rural » en lien avec les préoccupation des maires ruraux au niveau national.
Au final un large échange sur l’ensemble de ces questions qui touchent à la ruralité donc à la défense des territoires ruraux et des villages.
Notre collègue, maire de Saint Georges d’Aurac invite les maires (ruraux et autres) à être présents devant la Préfecture lundi 16 septembre 2019 au coté des syndicats de la DGFIP.

article de presse réunion amr43 130919

Pierre GENTES

(article lu 11 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Réunion de rentrée de l’AMR43

20 août 2019

La réunion de rentrée se tiendra vendredi 13 septembre 2019 de 18h00 à 20h00 à la mairie de SAINT PAL DE SENOUIRE.

La presse est invitée pour une « conférence de presse en groupe » pendant la première partie de la réunion .
Au programme :

18h00 à 18h30 : accueil & café
18h30 à 20h00 : Échange sur le projet de loi « Engagement et Proximité » et l’Agenda Rural porté par Sébastien LECORNU.
20h00 : Fin de réunion et apéro dinatoire.

Pierre GENTES

(article lu 24 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Convention ruralité (on parle d’école primaire rurale)

8 juillet 2019

« convention ruralité » veut dire aussi « aménagement durable des territoires scolaires » mais la comparaison s’arrête là. Le département du cantal a servi de terre expérimentale à cette idée en 2014 dans le cadre d’un partenariat AMF15 et Rectorat Auvergne. L’idée arrive en Haute-Loire en 2015 et se met en place la même année pour une durée de 3 ans.

En mai 2018, le dossier revient sur la table  pour un avenant à cette convention qui est arrivée à son terme. Une réunion s’est tenue en préfecture pour présenter un bilan départemental sur 2015-2018. Un bilan forcément bon car il n’est pas possible qu’il en soit autrement sous la pression gouvernementale et parlementaire. Un bilan en quelques chiffres choisis, bien trop sommaire et bien trop beau. Il est dommage que cette présentation ne s’appuie pas sur des exemples concrets portant  sur : les écoles, les classes, les postes d’enseignants, etc.. sauvegardés (ou pas) dans cette période de 3 ans du fait de cette convention.

Dans le projet d’avenant à la convention l’analyse s’appuie une nouvelle fois sur l’indicateur de la démographie scolaire comme le seul qui vaille en conservant les mêmes seuils de fermeture minimum de classe ou d’ouverture.

L’AMR43 n’a pas signé cet avenant pour les raisons suivantes :

  • Les crises sociétales et territoriales que nous venons de connaitre fin 2018 et début 2019 ne semblent pas avoir ébranlé la méthode du ministère. Le projet d’avenant (dont le texte remonte à avant novembre 2018) qui est présenté aux maires évoque largement le « projet école de la confiance » avec l’article quarter 6 qui prévoit de créer un « ensemble fusionnel » entre le collège et les écoles primaires du périmètre correspondant, c’est à dire la fin de l’école rurale. Lors des débats au parlement de printemps 2019, l’article 6 quarter est abandonné (pour l’instant) sous la pression des maires ruraux (AMRF). L’avenant n’en fait pas état. les signataires acceptent donc l’idée de la fusion « primaire – collège » avec la fin du primaire.
  • Il est difficile de percevoir ce qu’apporte la « convention ruralité » (durée de 3 ans seulement) dans la vision sur la durée d’un aménagement durable du maillage scolaire rural des écoles primaires. Qu’en est-il, de la place , des compétences et des appétits de l’intercommunalité dans le dossier « école rurale » pour qu’elle redevienne un outil de préservation des services de proximité et de préservation de l’attractivité des territoires ruraux ?
  • Ce type de convention reste centré sur les seuls enjeux d’organisation des moyens sur le court terme sans faire émerger une stratégie territoriale et pédagogique d’ensemble permettant d’élargir la réflexion au delà des mesures de carte scolaire. Il est indispensable de poser l’idée que l’école primaire est un enjeu fort pour le rural et d’oublier l’idée que les chiffres de la démographie sont le seul élément de décision pour la fermeture de classes ou d’école. N’oublions pas que sur une période de 15 ans, la démographie scolaire a baissé de 6 % pendant que le nombre d’écoles rurales baissait de 24%.

Fermer une école rurale sur le seul critère de la démographie sans débat dans un périmètre élargi en impliquant plusieurs acteurs c’est beaucoup trop simple. Une convention ruralité n’est pas de taille à apaiser une décision de fermeture pour la commune concernée surtout si elle est rurale (une ou deux classes).

  • Pourquoi une telle convention ne pose pas l’idée de créer et de valoriser un profil « spécialisé rural » pour les enseignants concernés avec un nombre d’enfants par classe inférieur à la règle ?
  • La signature de cet avenant vient à quelques mois de la nouvelle élection municipale et des maires en mars 2020. Est-il raisonnable de demander à un maire d’engager sa commune sur un sujet aussi sensible alors qu’une autre équipe va se mettre en place ? Facile pour faire endosser au maire précédent d’éventuelles critiques.

Pierre GENTES

(article lu 37 fois)

Articles en relation :

  • Pas d'article en relation

Copyright © All Rights Reserved · Green Hope Theme by Sivan & schiy · Proudly powered by WordPress